P-38 “cacahuète récup-RC”

P38 009  P38 010

Faire voler une quasi-maquette du fameux P.38 à l’échelle cacahuète (envergure 33cm), une gageure!

€ 27,90 Et bien, c’est tout à fait réalisable en récupérant les moteurs et la radio équipant de petits jouets comme celui-ci, d’où l’appellation “récup-RC”. Le plan s’inspire d’un “3-vues” tel que celui-ci.

Ju12347  p38 SE2 F-5B-web

Réalisation

La décoration du modèle proposé s’inspire de la planche ci-dessus et correspond à celle du P.38 sur lequel vola Saint Exupéry lors de sa dernière mission d’observation. Le matériau utilisé pour ce modèle est le dépron. Planches d’épaisseur 6mm pour le fuselage et pour les deux fuseaux moteurs, et planche épaisseur 2mm pour les ailes et l’empennage. (on peut utiliser pour ces surfaces de la barquette alimentaire). Le “profil” de l’aile est obtenu tout simplement en galbant à chaud l’aile une fois découpée. Il suffit de plaquer celle-ci sur un cylindre (bouteille, cocotte-minute, etc…) de diamètre adapté à la courbure recherchée. Quelques minutes au four (température ~80°c), on démoule et on obtient un beau profil creux bien porteur. Le fuselage est réalisé en contre-collant 3 épaisseurs de dépron de 6mm et en ponçant jusqu’à la forme désirée. De même pour les deux fuseaux moteurs. La peinture est acrylique posée au pinceau ou à l’aérographe pour ceux qui maitrisent cet instrument. Verrière moulée ou bien taillée dans la masse et peinte.

Tout l’équipement (radio+batterie) est logé dans le fuselage. Les fils d’alimentation des moteurs sortent au niveau des bords d’attaque jusqu’aux fuseaux moteurs. Ils sont masqués sous un “U” en papier collé sur le bord d’attaque. Vous pouvez donner libre cour à votre créativité au niveau de la décoration (cocardes, échappements, turbo compresseur, etc…)

Réglages et vol

En installant les éléments comme indiqué, le centrage obtenu est bon. Faire un essai de plané, et au besoin retoucher le réglage de la gouverne de profondeur pour obtenir ce plané. Au moteur, le modèle doit monter en pente douce quand on est “plein-gaz”, maintenir le palier à mi-puissance, et descendre en réduisant. Le virage par puissance différentielle sur les moteurs est d’autant plus efficace que la puissance est faible. Bien maitrisé, vous pouvez faire des huits dans un gymnase de la taille d’un terrain de handball.

Perspectives

Cette formule ouvre la voie à la réalisation de maquettes de faible dimensions. On peut rêver de voir voler un “DC.3!

 

Publié dans Hobbies | Laisser un commentaire

« Demoiselle » de Santos-Dumont (cacahuète RC)

 

Demoiselle 002 Demoiselle Santos-Dumont

Voici un modèle bien sympathique à plus d’un titre. Historiquement ce fut le premier « ULM » de l’aviation conçu et réalisé par un homme généreux et courageux, qui a su utiliser sa fortune pour faire progresser l’aviation qui en était encore à ses premiers balbutiements. Il avait d’abord mis son savoir au service des plus légers que l’air en construisant plusieurs dirigeables mais, très vite,il s’orienta vers le plus lourd que l’air. C’est à lui que l’on doit donc cet avion et surtout le fameux « 14-bis » avec lequel il fit un premier vol dans les jardins de Bagatelle à Paris le 12 novembre 1906. Je vous propose donc de construire une version cacahuète radiocommandée de cette « Demoiselle » d’après un plan de Walt Mooney paru dans le n°6 de « Peanuts&Pistachios », la revue de Bill Hannan. Voici donc ce plan. Après l’avoir téléchargé vérifier que l’envergure soit 13″ autrement dit 33cm.

Pour obtenir un bon degré de réalisme, je l’ai entièrement construite en pailles. C’est ce que j’ai trouvé de mieux pour imiter les bambous dont elle était faite, et de plus, on dispose ainsi de tubes rigides et légers qui permettent comme on le verra plus loin de camoufler l’antenne. Donc le premier « travail » consiste à rassembler un stock de pailles, ce qui peut se faire à l’occasion de promenades en famille dans la campagne et démontrer ainsi à votre épouse que votre passe-temps n’est pas ruineux. Il faut les cueillir dans un endroit à l’abri du vent pour qu’elles soient bien rectilignes. Choisir celles qui sont bien sèches et dures. Le meilleur moment dans l’année est le début de l’hiver après quelques jours de gelées.

Construction du fuselage

Image6 Image8 Image7

Commencer par la partie inférieure du fuselage, c’est-à-dire cette sorte « d’échelle » triangulaire. Elle sera assemblée en perçant avec une épingle rougie au feu de petits trous aux emplacements devant recevoir les entretoises. Les entretoises sont légèrement épointées puis introduites dans ces trous et collées à la cyano. Découper ensuite les entretoises latérales par paires parfaitement identiques en longueur.(Attention à bien calculer la longueur réelle des entretoises en appliquant le fameux théorème de Pythagore!). Attacher un fil à coudre fin sur un longeron inférieur puis le faire passer dans les deux entretoises à l’aide d’un brin de fil de cuivre. Le fil à coudre fera une boucle autour du longeron supérieur avant d’être attaché à l’autre longeron inférieur et tendu. Quand les entretoises sont bien positionnées, mettre une goutte de cyano(liquide de préférence) aux extrémités sur le fil à coudre, ce qui immobilise le tout. On commencera par le deuxième cadre en partant de l’avant. Ensuite ligaturer et coller le longeron supérieur au niveau de la queue. Répéter cette opération pour les autres cadres. On obtient ce qui est montré sur la photo n°1. Fixer les actuateurs et ligaturer un petit tube papier ou plastique (dia int:0,3mm) au niveau de la queue qui servira au pivotement en direction.(voir photo n°2)

Sur la photo n°3 on peut voir comment sont fixés les actuateurs. Faire le câblage des actuateurs avec du fil vernis dia0,07mm et le ligaturer le long des montants pour l’amener jusqu’au niveau du siège sous lequel sera placée la radio.(photo n°5)Image9 Image10

Il est « judicieux » de prévoir le démontage des haubans qui viennent s’accrocher en bout d’essieu( pour pouvoir facilement changer les roues). Pour cela prévoir de les fixer sur un petit tube en alu ou en papier s’emmanchant en bout d’axe de roues. Comme on peut le voir sur la photo ci-dessus.

Ailes Image16 nerv

Le bord d’attaque est réalisé en paille (ce qui permettra de faire passer le fil d’antenne à l’intérieur) tandis que le longeron arrière est en balsa 1,5×1,5. Les contrefiches sont en pailles. Le bord de fuite est un simple fil-à-coudre tendu. Les nervures sont découpées dans du balsa de 1,5. La construction des ailes ne pose pas de problème particulier si ce n’est qu’il faut penser à poncer légèrement les pailles longerons aux endroits où les nervures seront collées pour que la cyano adhère bien. Noter également que les nervures sont très minces et que le longeron en baguette de balsa occupe la totalité de l’épaisseur. Pour que les nervures aient une bonne tenue, il est nécessaire de placer deux petites bande de papier de part et d’autre.Remarquer que le bord de fuite est fait d’un fil tendu entre deux épingles sur le plan de travail et collé à la cyano sur les queues de nervures. Des contrefiches à 45° sont indispensables au niveau des nervures d’emplanture et de bord marginal pour empêcher leur flexion sous la traction du fil et de l’entoilage. Entoilage intrado-extrado avec papier japon fin (Gampi) tendu et teinté avec du thé pour avoir un aspect toile lin écru. Passer une ou deux couches d’enduit. Séchage sur chantier pour éviter les déformations.

Empennage (*)

L’empennage est réalisé entièrement en pailles. Les croisillons horizontaux et verticaux ont un dia de 1,5mm et sont percés à la pointe chauffée pour laisser passer les pailles plus fines qui forment les nervures. Un fil-à-coudre fin ligaturé et collé assure le contour extérieur.(voir photos n°1 n°2 et n°3). Seule la gouverne de direction est entoilée des deux côtés. Les câbles de commandes en fil de pêche fin viennent s’accrocher directement sur les gouvernes comme on peut le voir sur la photo n°4.Seuls les câbles de direction ainsi que le câble de profondeur supérieur passent dans le petit anneau en CaP mentionné sur la photo n°3. Entoiler en premier le gouvernail de direction, puis les deux moitiés de plan horizontal. Rabattre le papier autour du fil puis tendre au thé et une couche d’enduit.

Bloc moteur mot

Il est constitué d’un bloc parallèlépipédique formé en collant trois rectangles découpés dans du bois dûr de 2mm d’épaisseur; le rectangle central est en réalité composé de deux trapèzes séparés par un vide de 2mm de large qui permettra de laisser passer le longeron supérieur du fuselage pour sa fixation.(voir figure ci-contre).Cette disposition permet de donner les 3d° de piqueur au moteur.

Le moteur est collé à la cyano sur le bloc en bois. Bien ajuster l’entraxe pour un engrenage sans trop de jeu mais qui reste doux. L’axe d’hélice est en corde à piano de dia 0,8mm. Il est guidé par deux paliers en tube laiton. Le longeron supérieur du fuselage est renforcé dans sa partie avant par un jonc en carbone introduit jusqu’au niveau du longeron arrière de l’aile et collé à la cyano.

Les actuateurs (*)

Pour faire « bon ménage » avec le récepteur Coural utilisé sur cet avion, il faut que l’impédance des bobines soit aux alentours de 120 ohms. Leur diamètre intérieur est de 7mm et il faut environ 650tours de fil de cuivre émaillé de 5/100ème de mm de diamètre que l’on peut se procurer chez Conrad sous la référence 607509.

Les aimants sont du type Bremag 27 de chez Weber Métaux. Ils ont un diamètre de 5mm et une épaisseur de 2mm.

Le pilote

Il est sculpté dans de la mousse bleue, puis peint à l’acrylique. Il pèse 1g.

Le vol

Rechercher un centrage entre 35% et 40%. Le calage neutre de la profondeur est obtenu quand le plan horizontal est sensiblement dans le prolongement du longeron supérieur du fuselage. Plein-gaz elle décolle toute seule. Avec un débattement de +/- 15° en direction et profondeur, la maniabilité est suffisante pour évoluer dans un ½ gymnase en faisant des huits. Le vol est réaliste et lent. Il faut légèrement soutenir à la profondeur pour serrer les virages. Un vrai plaisir que de voir cette petite  « demoiselle » en vol si près de vous que vous pouvez presque l’attraper

Données techniques :

· Envergure : 33cm (13 pouces)

· Surface alaire : 3,5dm2

· Masse : 23g (avec Li-poly 90mAh)

· Charge alaire : 6,6g/dm2

· Moteur M20VA réducté 9/1.( à ce propos, il serait peut-être judicieux de réducter à 6/1, pour avoir un meilleur rendement ?)(*voir nota)

· Batterie Li-poly 90mAh.

· Récepteur « Combo » de J L COURAL.

· Actuateurs : bobines 650 tours de fil verni dia 5/100ème ; ce qui donne une résistance de 120W .

· Le moteur a été commandé chez Bob Selman http://www.bsdmicrorc.com/ Le fil dia 5/100ème pour les actuateurs vient de chez Weber métaux rue du Poitou à Paris. On peut aussi se procurer les aimants chez eux.

· Batterie Li-poly achetée chez Bob Selman http://www.bsdmicrorc.com/

·

· Récepteur Coural acheté chez : http://www.microplanesolution.com/index.htm

· Roues dentées achetées chez Didel : http://www.didel.com/

· Adresse interessante également pour chargeurs et batteries Li-poly: http://www.aircraft-world.com/

On trouve pleins de renseignements interessants sur les sites suivants :

http://www.rcmicroflight.com

http://www.aeronutz.flyer.co.uk/rcindoor.htm

http://litke.info/uPlanes/links.html

http://peanut.scale.free.fr/liens.htm

. Bons vols ! Michel Lévêque. 29/01/2004.

(*)Nota : après cette première version, équipée avec des actuateurs, je l’ai modifiée pour l’équiper avec un système “minium” Kyosho. La propulsion est assurée par un moteur M20VA mais réducté à 6 :1 ce qui donne effectivement plus de « punch », et la télécommande en 2,4GHz donne une sécurité de vol.

La “brique” minium est fixée sous le siège du pilote et les commandes se font en attaquant directement les gouvernes avec des repardem_04petites tiges de carbone de dia 0,5mm.

La batterie est équipée de deux petits aimants, ce qui permet de la plaquer contre la corde-à-piano qui sert d’axe aux roues et qui longe la traverse avant au niveau des pieds du pilote.Le siège est en papier et en tulle pour imiter le treillis, le tout est teinté au feutre couleur brune.Les deux radiateurs sont en papier et des fils sont collés régulièrement espacés pour imiter les tubulures.Ils sont peints avec de la peinture acrylique couleur cuivre,puis collés à l’enduit sous les ailes.On peut voir aussi que les roues sont inclinées comme sur la vraie. Si vous avez des questions vous pouvez les poser à : levequepeanut@free.fr

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Blériot XI (micro-rc)

Pour obtenir un vol lent, il faut une charge alaire inférieure à 10g/dm2, donc, compte tenu de la masse du matériel embarqué il me fallait doubler la surface d’une cacahuète, c’est-à-dire multiplier les dimensions du plan cacahuète de Thierry Bachellier par 1,4.

Le modèle présenté mesure donc 46cm d’envergure, a une surface de 4,3dm2 et une masse de 31g, ce qui conduit à une charge alaire de 7,2g/dm2. Pour assurer la propulsion de ce modèle qui traîne beaucoup, il m’a fallu installer le moteur de Ø 8mm.(celui qui équipe le Minium Edge 540) plus puissant, et l’hélice est une 130×70.

Toute la construction est faite à la colle cyano.clip_image002

Le fuselage

Construction des plus classique. Balsa mi-dûr teinté brun avec un feutre à dessin. Haubanage en fil à mouche. (magasins articles de pêche)

clip_image002Le fil traverse les entretoises que je perce avec un fil d’acier fin (corde de guitare Ø 0,3) monté au bout d’une petite baguette ronde (genre brochette).

Une fois en place sur toute la longueur du fuselage, le fil de haubanage est collé à la cyano.

clip_image002[14]Les mâts de cabane ainsi que ceux de l’empenage sont réalisés en pailles. (folle avoine). A cueillir au bord des routes ou en forêt, après les premières gelées, et en tous cas dans un endroit abrité du vent pour qu’elles soient bien droites. (Vous voyez que le modélisme, le vrai, ça peut être très bucolique.)

L’assemblage des mâts ne pose pas de gros problème puisque ce sont des tubes et qu’il suffit de les enfiler comme des perles sur un fil que l’on fixe à la structure puis on immobilise avec une goutte de cyano.

La béquille est en bambou galbé à chaud sur un fer-à-souder après l’avoir laissé tremper dans l’eau.

Le train d’atterrissage est en corde à piano de Ø 0,4mm.clip_image002[16]

La photo ci-contre donne les principales caractéristiques de la structure du train. Les étriers sont en papier enveloppant la CàP du train. Je ne l’ai pas fait, mais il serait peut-être judicieux de faire une petite boucle faisant ressort en bas de la jambe de train.(marqué d’une *)

Les roues à rayons ont été réalisées selon une technique similaire à celle, très bien décrite dans la rubrique n° 11 de l’excellent site @éroland. (http://hangarlm.free.fr/hlm11.html)

Empennageclip_image002[18]clip_image002[24]

Le gouvernail de direction est articulé grâce à un étrier en CàP fine traversant un petit tube papier collé sur ce gouvernail. Les branches de l’étrier sont piquées et collées à la cyano à l’arrière du fuselage. Tous les guignols sont en CTP fin (ep : 0,4)

L’empennage horizontalclip_image002[22]clip_image002[20]

Peut être construit selon le plan avec des nervures « classiques ». Pour ma part, j’ai opté pour la technique schématisée ci-dessus, qui me permet d’intégrer facilement dans l’aile le longeron tubulaire fait avec une paille. La gouverne de profondeur est conforme au vrai, et la partie centrale du longeron tubulaire permet le pivotement du jonc carbone Ø 0,5mm auquel sont collées les deux parties mobiles de la profondeur. Un petit espace au centre du longeron permet la fixation du guignol sur le jonc carbone.

Les nervures sont obtenues en découpant dans du balsa ep : 0,5mm, des bandes de 1mm de largeur et, en procédant comme sur l’image, on obtient un profil.

Les ailesclip_image002[26]_08

Comme on peut le voir, les nervures découpées dans du balsa de 1mm, ont une queue assez fragile. Pour pouvoir placer les longerons sans casse j’ai mis des cales comme on peut le voir sur la photo.

Pour avoir des ailes démontables, deux petits tenons cylindriques en bambou sont collés contre les longerons. Les haubans sont en « fil à gant » ou bien en « fil à mouche »…clip_image002[28]clip_image002[30]

…ils s’accrochent sur la cabane grâce à des petits crochets en CàP fine. Des petits tubes de papier recouvrent la jonction hauban-crochet, d’autres tubes papier collés sur les nervures (voir le plan) permettent la traversée de l’aile par ces haubans. Une fois clip_image002[32]clip_image002[34]tendus et bien réglés, une goutte de cyano les immobilise au niveau de l’aile.

Le faux moteurclip_image002[36]clip_image001

Il est en papier pour ce qui concerne le carter, et les faux cylindres sont faits avec les pailles qu’un restaurateur dont on pourrait penser qu’il est d’origine écossaise, met à la disposition de ses clients ou de ceux qui, ne consommant pas forcément, viennent récupérer de quoi assouvir leur passion. Le moteur a été fait en s’inspirant de cette gravure.

Voilà, j’espère avoir été suffisamment clair et explicite, bonne construction et bon vols !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Tout petits, peut-être, mais ils volent comme les vrais

je vous invite dans le monde extraordinaire des “cacahuètes” et des micro-modèles…

Les “cacahuètes” sont de petits avions. Reproduction maquettes ou quasi-maquettes d’avions réels existant ou ayant existé. Ils mesurent 33cm d’envergure et pèsent aux alentours de 10g. Ils sont “vol-libre”, c’est-à-dire non télécommandés. Ils évoluent en salle à cause de leur faible poids, et ils sont propulsés grâce à un moteur à caoutchouc, qui permet des vols de une minute environ.

…les progrès récents dans le domaine des batteries lithium permettent la construction de modèles de mêmes dimensions mais propulsés cette fois par un moteur électrique et que l’on peut piloter grâce à une radiocommande miniaturisée. Ce sont les « micro-RC ».

La “Demoiselle” ci-dessous en est un exemple.

Cette petite “Demoiselle” de Santos-Dumont est la reproduction de la vraie qui vola en 1906.

elle est aux dimensions “cacahuète”, c’est-à-dire qu’elle mesure 33cm d’envergure,

elle pèse 21grammes et elle est radiocommandée.

Des articles et des plans en allant sur ce site.

Publié dans Hobbies | Laisser un commentaire